job pour financer ses études

Etudiants : Financer ses études grâce à l’intérim

Financer ses études grâce à l’intérim peut être une solution pour une partie des étudiants. En effet, après le baccalauréat, près de 90% des jeunes bacheliers poursuivent leurs études dans le supérieur. Que ce soit pour un cursus universitaire ou pour intégrer de grandes écoles et quel que soit le domaine étudié, les nouveaux étudiants s’engagent dans plusieurs années d’enseignements supplémentaires afin d’acquérir les compétences indispensables à leur futur métier. Une période de la vie qui nécessite des apports financiers pour payer les frais d’études et subvenir à des besoins essentiels.

Nous allons donc vous donner quelques pistes pour vous aider à financer vos études et notamment le travail en intérim.

Le coût des études supérieures

Les droits d’inscription

En France, les études supérieures se veulent accessibles au plus grand nombre car l’Etat prend en charge la majeure partie du coût de formation. Et ce que vous optiez pour un cursus universitaire en médecine, en psychologie ou en langues étrangères.

Dans le public, comptez 170€ pour une année de Licence, 243€ pour une année de Master, 380€ pour une année de Doctorat ou encore 601€ pour une formation d’ingénieur encadrée par le Ministère de l’enseignement supérieur.

En revanche, pour les jeunes souhaitant poursuivre leurs études dans des établissements privés, la facture peut vite grimper. Comptez entre 3000€ et 10000€ pour une année d’études au sein d’une école de commerce, d’une école d’architecture ou d’une école vétérinaire.

Pour les étudiants de plus de 20 ans, la cotisation à la Sécurité Sociale étudiante est également à prendre en compte et représente, ici encore, un poste de dépense non négligeable. Cette cotisation obligatoire s’élève à 217€.

financer ses études supérieures

Autres coûts liés aux études

En dehors des frais de scolarité dus au moment de la rentrée, d’autres coûts connexes s’ajoutent en début de scolarité et au fil de l’année universitaire. On estime en effet que les étudiants déboursent environ 237€ par an pour des livres et du matériel pédagogique indispensable à leur formation. Ces coûts sont d’autant plus élevés que la formation est spécialisée.

Les dépenses de transport sont également directement liées aux études. En effet, qu’ils soient en Ile-de-France ou d’autres grandes villes du territoire, la plupart des étudiants ont recours à des abonnements pour se déplacer en transport en commun et ainsi se rendre à la fac ou sur les lieux de stage.

Dans un monde hyper connecté, il est devenu inconcevable de pouvoir étudier correctement sans avoir accès à internet. Consulter les mails, faire des recherches, se tenir informé de la vie étudiante … C’est ainsi que les factures internet et téléphonie, s’ajoutent elles aussi au budget mensuel des étudiants français.

Les frais de logement

La localisation de leur lieu d’études pousse souvent les étudiants à quitter le domicile familial et à prendre leur indépendance. Résidence universitaire, cité U ou appartement issu d’un parc locatif privé… le loyer représente un poste de dépense majeur, même si certaines aides au logement (APL, ALS…) existent.

Les dépenses alimentaires et d’hygiène

Pour un étudiant, les dépenses quotidiennes consacrées à l’alimentation sont souvent limitées. Lorsqu’il peut en profiter pour le déjeuner, le système de restauration universitaire (RU) est une solution plutôt économique permettant d’avoir un repas complet. Pour les autres repas de la journée et ceux du week-end, le budget alimentaire moyen d’un étudiant est estimé à 300€ par mois. A ce montant s’ajoute également le coût des produits d’hygiène et d’entretien indispensable, pour environ 50€.

Dépenses de loisirs et divers

Cette part est variable d’un jeune à l’autre, mais il existe tout de même quelques dépenses réservées aux divertissements (livres, jeux, cinéma, sport …) en dehors des heures de cours et aux besoins divers (habillement, pharmacie, coiffeur…). Ces dépenses s’évaluent à environ 200€ mensuels.

Comment financer ses études ?

Les aides financières

Selon le profil de l’étudiant, son niveau d’étude, sa situation familiale et ses ressources, celui-ci peut prétendre à certaines aides publiques ou privées qui participeront à tout ou partie des frais liés aux études.

Les aides financières pour les boursiers

La bourse du CROUS

La bourse sur critères sociaux est accordée par le CROUS selon plusieurs échelons. Pour déterminer l’échelon auquel appartient l’étudiant plusieurs critères rentrent en ligne de compte, notamment la situation financière (revenu brut global des parents selon l’avis d’imposition) et familiale (nombre de frères et sœurs à charge, et nombre de frères et sœur également en études supérieures), la distance géographique entre l’établissement d’études supérieures et le domicile.

Les bourses étudiantes sont versées durant les 10 mois de l’année scolaire :

Échelon 0 Exonération des frais d’inscription et de CVEC*
Échelon 0 bis 102€
Échelon 1 168.70€
Échelon 2 254.10€
Échelon 3 325.30€
Échelon 4 396.70€
Échelon 5 455.50€
Échelon 6 483.10€
Échelon 7 561.20€

CVEC* : Contribution vie étudiante et campus

L’aide au mérite

L’aide au mérite a été créée pour récompenser les bacheliers poursuivant leurs études ayant obtenu la mention Très bien à l’examen et étant éligibles aux bourses sur critères sociaux.

L’aide au mérite s’élève à 900€ et est versée durant 9 mois. Elle peut être renouvelée 2 fois mais l’assiduité de l’étudiant à ses cours est indispensable pour la préserver.

Les aides financières pour les non boursiers

Prêt garanti par l’Etat

Pour faire face aux dépenses des jeunes adultes durant leurs années d’étude, l’Etat facilite l’accès aux prêts bancaires pour les étudiants de moins du 28 ans. Le prêt étudiant garanti par l’Etat ne nécessite aucune condition de ressources, aucune caution d’un proche parent ou d’un tiers.

L’étudiant peut ainsi emprunter jusqu’à 15 000€ sur 10 ans et organiser le remboursement en différé jusqu’à 2 ans après avoir obtenu votre diplôme.

Plusieurs banques sont partenaires de ce dispositif, notamment La Caisse d’Epargne, la Société Générale, le CIC, la Banque Populaire … Il est conseillé de vous rapprocher d’un de ces établissements pour profiter de cette aide financière.

Le prêt à taux 0%

Pour vous aider dans l’installation de votre nouveau logement étudiant, pour payer vos frais d’inscription ou pour acheter du matériel indispensable à vos études, certaines banques vous donnent accès à un prêt bancaire à taux 0.

Ces prêts bancaires sans intérêt sont souvent d’une valeur de 1000€ et doivent être remboursés à court terme (entre 3 mois et 12 mois en fonction des banques).

financer ses études pour les non boursiers

Trouver un job étudiant

En parallèle de leurs études, les étudiants peuvent trouver des petits boulots à temps partiel ou bien opter pour des missions ponctuelles. D’ailleurs, selon l’INSEE, ce sont 20% des étudiants du supérieurs qui occupent un emploi au cours leur année universitaire ou bien durant la période estivale grâce aux jobs d’été.

Travailler pendant les vacances

Certains cursus étant plus intensifs que d’autres, il peut être difficile de prendre un emploi à mi-temps à côté de ses études durant l’année. Les étudiants qui peuvent se le permettre essayeront donc de décrocher un emploi saisonnier en dehors de leurs périodes de cours ou de révisions pour les examens. C’est ainsi que la période de vacances scolaires est l’occasion, pour beaucoup de jeunes de travailler 1, 2 voire 3 mois en intérim ou en CDD pour gagner de l’argent et arrondir les fins de mois durant l’année scolaire.

Financer ses études grâce à l’intérim

L’intérim peut permettre aux étudiants de gagner de l’argent pour financer leurs études et subvenir à leurs besoins durant l’année universitaire.

Un contrat de travail qui permet de mieux concilier études et travail

L’emploi intérimaire est une solution qui peut s’ajuster parfaitement pour répondre aux contraintes des étudiants. En effet, les intérimaires bénéficient d’une grande liberté dans le choix de leurs missions temporaires. Une fois inscrits auprès d’une agence, les étudiants peuvent donc choisir de postuler pour les missions qui n’empiètent pas sur leurs heures de cours ou de révision pour les partiels. Les contrats pour job étudiant peuvent varier de 5 à 20 heures par semaine selon les disponibilités du candidat. Une demi-journée de libre dans l’emploi du temps, du temps de libre à mettre à profit le week-end … ? Pour financer leurs études, les étudiants peuvent trouver leur bonheur parmi de nombreuses offres de travail temporaire.

>> 8 conseils pour concilier études et job étudiant en Pharmacie

travailler en intérim quand on est étudiant
Un contrat de travail à la rémunération intéressante

Ce n’est pas un secret, pour compenser l’instabilité des contrats d’intérim, la rémunération des intérimaires connait quelques majorations à partir du salaire brut. Ainsi, à la fin d’un contrat, 10% du salaire sont ajoutés sous forme d’indemnités de fin de mission, et 10% supplémentaires sont ajoutés en tant indemnités compensatrices de congés payés. En multipliant plusieurs missions ponctuelles à temps pleins ou temps partiels, plusieurs fois dans l’année, les étudiants peuvent mieux boucler leur budget pour faire face à leurs dépenses.

>> Des conseils pour savoir comment calculer ma rémunération en intérim.

Un contrat pour se familiariser avec le monde du travail

DUT, Licence, Master, Doctorat … plus les années d’études passeront plus vous serez curieux et impatient de mettre un pied dans le monde du travail. En effet, en dehors de quelques stages, vous avez certainement peu l’occasion de mettre vos connaissances théoriques en pratique dans une vraie structure. Effectuer quelques missions d’intérim peut donc être un moyen de compléter l’apprentissage de votre métier en développant vos compétences professionnelles sur le terrain. Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups, gagner de l’argent pour financer vos études et avoir de l’argent de poche, mais aussi étoffer votre CV avec des expériences professionnelles qui pourront convaincre n’importe quel recruteur à la fin de votre scolarité.

Nombreux sont les secteurs qui recrutent des étudiants pour des contrats de quelques heures de travail par semaine. Si vous êtes étudiant en pharmacie, sachez qu’à partir de votre 3ème année il vous est possible de postuler pour des missions de préparateur en pharmacie en intérim. A partir de la 5ème année validée ainsi que le stage de 6ème année effectué, vous pouvez demander votre certificat de remplacement et donc prétendre à d’autres postes en officine, comme par exemple le remplacement d’un pharmacien titulaire ou autres postes de remplacement le temps d’obtenir le diplôme de doctorat en pharmacie.

N’hésitez donc pas à consulter régulièrement les missions d’intérim et à créer votre espace candidat 3S Santé.

News

Laisser un commentaire