confinement pharmacie lieu d'alerte violences

Confinement : la pharmacie comme lieu d’alerte contre les violences familiales

En France, chaque année, on dénombre plus de 250 000 femmes et 52 000 enfants victimes de violences au sein de leur environnement familial.

Durant cette période de confinement liée à l’épidémie de Covid-19, les violences en tous genres se sont trouvées exacerbées. Les victimes se retrouvent d’autant plus en danger, isolées avec leur bourreau. Au cours de la première semaine de confinement, 30% de signalements supplémentaires ont été recensés par rapport à une période normale. Face à cet accroissement de violences intrafamiliales, chacun est appelé à être vigilant.

Les pharmaciens, professionnels de premier recours

Pour réagir à face à cette situation très inquiétante, le Ministère de l’Intérieur a décidé, avec le soutien de l’Ordre National des Pharmaciens et des représentants de la profession, de renforcer les dispositifs de signalement contre les violences familiales. Mais aussi de l’étendre également au sein des officines.

La pharmacie devient un lieu d’alerte contre les violences familiales

Ainsi, depuis le 26 mars, témoins ou victimes de violences familiales peuvent se rendre en officine et se présenter au pharmacien pour demander de l’aide.

Avec plus de 22 000 pharmacies réparties sur tout le territoire, les officines offrent un maillage optimal pour accueillir les victimes potentielles à proximité de leur lieu de résidence. Les sorties du domicile étant limitées durant le confinement, il est tout de même possible de sortir pour des achats de première nécessité. Un patient peut donc se rendre dans la pharmacie à côté de chez lui et, sous prétexte d’acheter des médicaments, profiter de l’échange avec le pharmacien pour signaler sa situation.

Un dispositif dont l’efficacité a été prouvée dans d’autres pays européens

Ce nouveau dispositif d’alerte en France est largement inspiré de celui existant en Espagne. En effet, depuis plusieurs années nos voisins ont pris de nombreuses mesures de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

Pour protéger et orienter les victimes en cas de violence domestique, les pharmaciens et les équipes officinales ont été mises à contribution et peuvent en cas de besoin alerter les forces de l’ordre et des services d’urgence.

Là-bas, grâce à un code « Mascarilla-19 » (Masque-19), les personnes en détresse peuvent signaler les abus qu’elles subissent discrètement à leur pharmacien qui se charge ensuite d’informer les autorités.

Comment intervenir face à une victime de violence intrafamiliale en officine

Les pharmaciens sont connus pour être à l’écoute de leurs patients. Ils connaissent bien les situations familiales car ce sont des professionnels auprès desquels les français se sentent en confiance et osent se confier.

Néanmoins, face à des cas de violences familiales et conjugales, il n’est pas facile de savoir comment réagir pour venir en aide. Si certains ont déjà été confrontés à de telles situations et ont permis à des victimes d’obtenir une prise en charge, ce n’est pas le cas de tous les pharmaciens et de leurs collaborateurs en officine.

C’est pourquoi une procédure spécifique a été communiquée à chaque pharmacie début avril.

Rappel des contacts d’urgence utiles en cas de violences familiales

Si une victime se présente dans votre pharmacie, vous êtes invités à l’accueillir et si possible la mettre à l’écart dans un endroit plus isolé.

Vous pouvez ensuite lui rappeler les numéros d’urgence afin qu’elle les contacte d’elle-même pour mieux présenter sa situation :

  • Police secours : 17
  • Numéro d’appel d’urgence européen : 112
  • SAMU : 15
  • Sapeurs-pompiers : 18
  • Numéro d’appel d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes : 114

Autres solutions pour donner l’alerte ou être conseillé

Même durant le confinement, des lignes d’écoute et des services d’alerte sont disponibles.

  • Violences Femmes Info : 3919
  • Allô enfance en danger : 119

Pour donner l’alerte plus discrètement lorsqu’on est confiné avec une personne violente, la plateforme arretons.les.violences.gouv.fr est également disponible de manière anonyme 7j/7, 24h/24.

Il existe l’application App-Elles pour alerter par SMS, 3 contacts de confiance lors d’événements violents au sein du foyer.

Les professionnels de santé, dont les pharmaciens sont en première ligne durant cette épidémie de Coronavirus covid-19. En parallèle de leurs missions quotidiennes et des bons réflexes à adopter pour limiter la propagation du virus, il est important que les équipes en pharmacie soient bien informées quant à ce nouveau plan d’action. Mais aussi qu’elles se renseignent autant que possible sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour venir en aide aux femmes et enfants victimes de violences physiques, psychologiques ou sexuelles.

News

Laisser un commentaire