fin libre-service des antidouleurs en pharmacie

Les antidouleurs que vous ne trouverez plus en libre-service chez votre Pharmacien

Vous les avez peut-être cherchés lors de votre dernier passage en pharmacie ? Ces petits comprimés anti douleur que vous prenez pour soulager maux de tête, règles douloureuses et autres rhumes.

Depuis le 15 janvier 2020, les médicaments de type antidouleur sont désormais placés derrière le comptoir du pharmacien. Une décision prise le 17 décembre dernier par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) afin de mieux encadrer la consommation d’antidouleurs en France.

Quels antidouleurs ne seront plus disponibles en libre-service ?

Aspirine, Doliprane, Efferalgan, Nurofen ou encore Advil … vous ne pourrez plus vous procurez ces antidouleurs et anti-inflammatoires non stéroïdiens parmi les produits accessibles en libre-service chez votre pharmacien.

En effet, les médicaments à base de paracétamol et les AINS à base d’ibuprofène ou d’aspirine sont désormais placés hors de portée directe des patients dans les officines. Vous devez donc faire appel à un pharmacien pour obtenir un de ces médicaments contre la douleur, même si aucune prescription médicale n’est imposée à l’acheteur.

La consommation d’antidouleurs en quelques chiffres

Les français sont de grands adeptes de l’automédication et ont souvent une armoire à pharmacie bien fournie.

Pour preuve, plus de 500 millions de boîtes de paracétamol sont écoulées chaque année, contre 50 millions de boîtes pour l’ibuprofène et 5 millions de boîtes pour l’aspirine.

Même si ces produits pharmaceutiques sont indispensables pour lutter contre certains maux, ils sont loin d’être sans danger lorsqu’ils sont mal employés.

Plus de conseils des pharmaciens pour éviter le mésusage 

Comme nous avons pu le voir, ces médicaments pour le traitement des douleurs pourront toujours être distribués sans ordonnance. Cette mesure, voulue par l’ANSM a pour objectif de renforcer la mission de conseils des pharmaciens d’officine.

Ainsi, en passant par ce professionnel de santé pour se procurer ses antidouleurs, le patient pourra recevoir de précieux conseils quant aux doses de médicament à prendre pour faire disparaitre fièvre et douleurs légères sans courir de risques. Le pharmacien pourra également vous conseiller

conseils pharmacien antidouleurs

Rappeler les risques du surdosage de ces médicaments

Ingérés à haute dose, les antidouleurs et anti inflammatoires peuvent engendrer une intoxication médicamenteuse parfois lourde de conséquences.

En effet, contrairement à ce que peuvent penser les millions de consommateurs réguliers d’antidouleurs, ces traitements ne sont pas si anodins et peuvent même entrainer de graves problèmes médicaux en cas de surdosage.

Les conséquences du surdosage de paracétamol

La surconsommation de paracétamol est susceptible d’engendrer des lésions du foie et une insuffisance hépatique. Les cas les plus graves de surdose de paracétamol contraignent d’ailleurs les patients touchés à subir une greffe du foie.

Les conséquences du surdosage d’AINS

Lorsque l’anti inflammatoire non stéroïdien (AINS) est consommé à trop forte dose, au lieu de soulager ses douleurs, le patient va s’exposer à des complications rénales et infectieuses très sérieuses.

Ces molécules sont même considérées comme toxiques pour le fœtus au-delà de 24 semaines d’aménorrhée (à partir du 6ème mois de grossesse).

Les bons réflexes avant de prendre des antidouleurs

Bien que les antidouleurs visés par la mesure de l’ANSM ne nécessitent pas une prescription de votre médecin traitant, ils doivent être utilisés avec certaines précautions pour lutter contre la fièvre ou soulager la douleur.

Voici une liste de conseils pour faire bon usage de vos antidouleurs :

  • Toujours privilégier l’usage du paracétamol avant de recourir à d’autres traitements ou principes actifs ;
  • Respecter la posologie du médicament : pas plus de 3g par jour et une durée minimale de 4h entre chaque prise ;
  • S’abstenir des AINS lorsqu’on est atteint de varicelle ;
  • La durée du traitement doit être limitée dans le temps. Au-delà de 3 jours de fièvre et/ou 5 jours de douleurs, si les symptômes persistent il est préférable de prendre rendez-vous chez votre médecin. Grâce à son avis médical, vous pourrez alors bénéficier d’un traitement plus adapté à votre pathologie et votre pharmacien vous fournira les médicaments inscrits sur votre prescription.

Le rôle du pharmacien ne se délimite pas à la simple vente de médicament au sein de son officine. Ses missions sont en effet variées et compte, notamment, l’écoute et le conseil auprès des patients. Face aux ordonnances parfois incompréhensibles, le pharmacien pourra vous expliquer l’action de chaque médicament, faire de la prévention sur les risques d’effets secondaires ou encore mettre en place un suivi de traitement. Si vous êtes en quête d’antidouleurs il pourra donc vous être d’une grande aide !

Découvrez aussi la nouvelle mission du pharmacien : la vaccination en pharmacie.

News

Laisser un commentaire